Patrimoines

JACMEL

jacmel-1.jpg

Le district historique de la ville de Jacmel figure désormais sur la liste permanente du Fond Mondial des monuments (Patrimoine). Une bataille gagnée par les jacmeliens, toujours prêts à faire la promotion de leur ville.

Jacmel-Haïti

La ville moderne de Jacmel a été créée en 1698, après la France arraché le contrôle de l’Espagne de ce qui allait devenir la République d’Haïti. Situé sur la côte sud de l’île d’Hispaniola, sur le site d’une colonie existante Taïnos, Jacmel est rapidement devenu un port important sur la mer des Caraïbes. Dans le dix-neuvième siècle Jacmel ont bénéficié de l’exportation lucrative de café. En 1896, la ville a été ravagée par un incendie qui a détruit la plupart de son architecture traditionnelle de pain d’épice. Reflétant la mode et des nouvelles technologies, de nombreuses nouvelles structures ont été reconstruites avec de la fonte résistant au feu et de briques importées d’Europe.

Comme le reste du pays, Jacmel a beaucoup souffert lors du séisme qui a frappé Haïti en Janvier 2010. A Jacmel, le tremblement de terre a causé des centaines de morts et de blessés et des milliers de résidents déplacés lorsque leurs maisons ont été détruites. Dans les semaines qui ont suivi, une équipe de l’Institut d’Haïti de Sauvegarde du Patrimoine National a identifié plus de 100 bâtiments historiques qui avaient été endommagés par le séisme. Une association de propriétaires est en train d’essayer de trouver des solutions pour restaurer ces bâtiments. La réhabilitation du centre historique sera un accomplissement important. Jacmel a été inclus en Haïti Liste du patrimoine mondial provisoire depuis 2004, et avec son histoire culturelle riche, il a le potentiel pour devenir une destination attrayante pour le tourisme culturel.

 

 

 

Jean-Jacques Dessalines, le premier des noirs!

jjdessalines-1.jpg

Je ne veux garder avec moi que les plus braves ; nous serons attaqués ce matin ; que ceux qui veulent redevenir esclaves des Français sortent du fort, et que se rangent autour de moi ceux qui veulent mourir en hommes libres.

(Jean-Jacques Dessalines)

Ce 20 septembre, rappelait la date de naissance de Jean-Jacques Dessalines Le Grand, forgeron de la liberté, premier des noirs, père de la patrie. En cette occasion, Culture 509 fait le zoom sur cet incomparable stratège militaire.

Jean-Jacques Dessalines (né le 20 septembre 1758  – assassiné le 17 octobre 1806) est le principal artisan de la Révolution haïtienne et le premier Empereur d’Haïti (1804–1806) sous le nom de Jacques Ier. Son épouse fut Marie-Claire Heureuse Félicité, avec qui il se maria en 1801.

D’origine africaine, il est d’abord esclave à Saint-Domingue. Puis, durant les troubles qui mènent à l’indépendance de l’île, il devient lieutenant de Toussaint Louverture et organise en octobre 1802 la mutinerie de l’armée saint-dominguoise contre l’expédition napoléonienne. Il combat le général mulâtre André Rigaud et le général français Charles Leclerc.

Après la déportation de Toussaint, il se soumet à la France. S’étant insurgé peu après, il se retire au nord de l’île ; il réussit à repousser Donatien-Marie-Joseph de Rochambeau dans le sanglant combat de la Crête-à-Pierrot, de Petite-Rivière de l’Artibonite. Il réussit en automne 1803 à vaincre les Français à la bataille de Vertières, et le 1er janvier 1804 Dessalines proclame l’indépendance d’Haïti. Il se fait d’abord gouverneur général à vie, puis empereur   sous le nom de Jacques Ier (1804).

Le 8 octobre 1804 il est couronné par l’archevêque Jean-Baptiste-Joseph Brelle.

Son gouvernement ayant décidé d’entreprendre une réforme agraire au profit des anciens esclaves sans terre, il est assassiné le 17 octobre 1806 au Pont Rouge, au nord de Port-au-Prince, par ses collaborateurs, Alexandre Pétion, Jean-Pierre Boyer, André Rigaud et Bruno Blanchet qui servait d’intermédiaire entre tous sans oublier Henri Christophe qui se trouvait dans le nord.

 

 

Liberté, Egalite, Fraternité!

 

esclavage.jpg

Pendant des siècles, nous avons été maltraités, battus, violés. Nous avons été réduits à moins que rien. Quand les chiens de nos maitres avaient faim, on nous coupait un membre pour les nourrir.

Au jour présent, nous vivons sur des terres appauvries, exploitées par nos bourreaux, on voit en nous les démunis du monde.

Nous sommes noirs, fiers de l’être et nous transcendons nos douleurs. Nous ne sommes pas animés par l’esprit de vengeance, mais nous œuvrons pour assurer la liberté, l’égalité et la fraternité entre les hommes et les femmes du monde entier.

 

En route vers Bwa kayiman pour un nouveau départ

 

maron.jpg

 

A l’occasion de la date mémoriale qu’est le 14 Aout 1791, qui nous rappelle la plus grande cérémonie politico-spirituelle que l’humanité n’ait jamais connue, un groupe d’organisations, d’associations, d’hommes et de femmes conscients de la situation controversée de toutes sortes dont Ayiti est entrain de faire face, et qui travaillent dans des domaines divers, comptent organiser  la « Caravane du 14 Aout, sur le Thème « En route vers Bwa Kay Iman pour un nouveau départ.» Réveillons la mémoire de nos Ancêtres.

Le réseau regroupe une cinquantaine d’organisations de toutes tendances confondues. Il a établi clairement ses objectifs et défini un plan d’action pour participer à ce réveil combien important pour Ayiti et le reste de l’humanité comme cela a été fait dans la nuit 13 au 14 aout 1791 par les grands « Bookman, Biasou, Marie–Louise Boumba, Colas janm koupe, Mackandal, Jean Baptiste Vixamar et les autres ».

Cette cérémonie fut ainsi un véritable catalyseur dans la révolte des esclaves noirs de Saint Domingue, la brèche qui permit aux esprits de trouver une cohésion dans leur quête de liberté.

« Bwa Kay Iman » c’est l’expression du choix spirituel, historique, politique de vivre libre ou de mourir, prémices à la reconnaissance du nègre en tant que personne.

C’est le signal de la révolte conduisant à l’abolition de l’esclavage comme système économique en son bastion mondial le plus riche et le plus florissant : Saint-Domingue.

C’est l’introduction du vaudou comme philosophie, comme système cosmogonique en opposition directe à la religion des Blancs prêchant la résignation et le paradis après la mort.

Le Bois kay Iman est un lieu mystique et historique, clef de voûte d’un congrès politique, aboutissement de plus d’un siècle de travail concerté et organisé pour un changement social, politique et économique.

Réveillons la mémoire de nos Ancêtres.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.