Nouvelles Culturelles

Déconcentrer le Théâtre national, une rengaine Yves Pénel, nouveau directeur général du Théâtre national, remplaçant de Frantz Jacob, promet de déconcentrer le Théâtre national à travers les 10 départements du pays. Promesses déjà faites mais non tenues par ses prédécesseurs.

Yves Penel, le nouveau directeur général du Théâtre national en remplacement de Frantz Jacob, semble avoir du pain sur la planche. Il dit vouloir s’attaquer rapidement aux problèmes cruciaux auxquels est confrontée l’institution.

La nouvelle direction s’attèle à réhabiliter le bâtiment du Théâtre national qui se trouve dans un état de délabrement extrême. Elle se donne pour objectifs le rétablissement des trois sections de l’institution en l’occurrence la danse, le théâtre et la chorale. Monsieur Pénel compte aussi étendre le Théâtre national dans les dix départements du pays.

Il s’agit d’un énorme défi à relever. Les prédécesseurs d’Yves Penel avaient beau lutter pour atteindre ces objectifs mais s’étaient toujours vu incapables de franchir les obstacles majeurs qui s’y opposaient notamment le problème de financement des projets.

Le ministre de la Culture, Mario Dupuy, s’est plaint récemment de l’insuffisance de l’enveloppe de son ministère, en dépit d’une nette augmentation de ses dépenses pour l’exercice fiscal 2012-2013. Détaché de la communication, le ministère de la Culture dispose d’une enveloppe de 159 millions de gourdes. Le Théâtre national, pourra-t-il bénéficier d’une portion suffisante en vue de mettre en œuvre ses projets ? La question est lancée.

Mario Dupuy semble bien évaluer l’ampleur de la tâche assignée au nouveau directeur du Théâtre national. Lors de l’installation de M. Penel, Mario Dupuy a attiré l’attention sur l’état lamentable de l’institution dépourvue d’infrastructure physique. Le Théâtre national qui n’a pas de programmation, gère un personnel pléthorique. Cependant, le ministre exige des réponses appropriées aux problèmes auxquels fait face l’institution. « Autant que les défis sont élevés, autant que les attentes sont énormes, on attend beaucoup de vous », a insisté le ministre Dupuy réclamant du nouveau directeur un plan administratif et de réforme de la gestion du Théâtre national.

Yves Penel s’est donné volontiers des défis. Le nouveau directeur promet de mobiliser tous ses atouts pour refaire l’image de l’espace où il a travaillé pendant quatorze années. « Le Théâtre national est ma mère nourricière, il a participé à ma formation. Le Théâtre a contribué grandement à faire de moi ce que je suis aujourd’hui. Je dois lui retourner une partie de ce qu’il m’a donné », a estimé Yves Penel annonçant pour la fin de l’année, le premier spectacle sous sa direction.

En dépit de l’état piteux du Théâtre, les artistes ne l’ont pas abandonné. Récemment, l’Association nationale des Artistes haïtiens (ANARH) y a clôturé un camp d’été organisé au profit des enfants des quartiers défavorisés de la zone métropolitaine. Les enfants ont assisté à des séances de formation en peinture, dessin, art dramatique, danse et sport.

Un membre de l’ANARH n’a pas caché sa curiosité de voir à l’œuvre le nouveau directeur du Théâtre national qui doit se débrouiller, cette fois-ci, pour promouvoir le théâtre dans les 10 départements du pays.

 

Yves Penel pour tirer le Théâtre National d’Haïti de son anachronisme

     
 

Yves Penel est depuis plus de soixante-douze heures le nouveau directeur général du Théâtre National d’Haïti, sis au Bicentenaire. Le Ministre de la Culture, Mario Dupuy l’a installé à son poste le vendredi 21 Septembre 2012 avec pour mission de tirer l’institution de son anachronisme.

 

Mario Dupuy a exprimé son regret du fait que le jour de l’installation de son nouveau responsable, le Théâtre Nationale n’a pas pu présenter un spectacle d’accueil. La situation de l’institution est plus que déplorable tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. L’espace physique est dans un état de délabrement et son environnement pris d’assaut par des chaines d’ordures, d’étalages, etc... On dirait une étable qui n’est plus utilisé.

 

Le défi est de taille, autant que les résultats espérés, a prévenu le ministre de la culture au nouveau responsable.  « Autant que les défis sont élevés, autant que les attentes sont énormes, on attend beaucoup de vous », a-t-il dit à M. Penel de qui il attend « dans un bref délai un plan administratif et de réforme de la gestion du théâtre national. »

 

Conscient de sa lourde mission, le nouveau directeur général du Théâtre National d’Haïti, s’est engagé à s’en acquitter avec succès et de se mettre au travail dès le jour de son installation. Une nouvelle image du Théâtre s’impose, a-t-il laissé comprendre. Yves Penel a promis de déconcentrer l’institution, de renforcer ses différentes sections et de réhabiliter le bâtiment central.

                                                                                   Maitre Wilson

                                                                                                             Administrateur du Site

 

La disparution de Jonas Thermidor

NOS STARS

Jimmy Jean-Louis a reçu la distinction de meilleur acteur au festival du film de Trinidad & Tobago pour le film"Toussaint Louverture". La cérémonie s’est déroulée le dimanche 30 septembre à l'Académie nationale des arts de la scène de Trinidad. Une autre distinction a été octroyée au film dans la catégorie de meilleur choix du public. Le Ministère des Haïtiens vivant à l’étranger (MHAVE) félicite l'acteur Jimmy Jean-Louis.

Commentaires (1)

1. Guy Fenelon (site web) 08/10/2012

En depit de tout,je sais que nouveau directeur peut travailler;pour le bien etre du Teatre National.
Parce que lui il pourra... aporter le changement possible.

Ajouter un commentaire
 
×